PICNIC_050908_003

Pic-Nic Anthropophage

En septembre 2008, Fabiana de Barros invitait les genevois à proposer des candidats pour un concours de beauté intérieure. L’artiste explorait cette question dans le contexte d’un « pic-nic anthropophage ». Ce pic-nic est une référence d’une part aux tribus tupinamba, ancêtres des brésiliens pratiquant une anthropophagie rituelle. Celle-ci consistait à faire des prisonniers lors de raid parmi des tribus adverses et de les consommer lors de fêtes rassemblant les villages et familles voisines. Avant d’être manger, la future victime pouvait passer des années au sein du village et nouer des relations y compris maritales. Une relation particulière et intense se créait entre le prisonnier, son maître et le village vainqueur. La consommation des victimes avait pour fonction de venger les membres de sa propre tribu (mangés par ces mêmes ennemis) et d’acquérir certaines vertus propres aux différentes parties du corps de celles-ci.
Cette pratique a aussi été un objet de référence pour le poète Oswald de Andrade, auteur du Manifeste Anthropophage (1928 ), fondement du courant artistique moderniste brésilien que l’on nommera anthropophagie culturelle. S’inspirant des rites indiens décrits précédemment le poète montre une voie d’émancipation à la culture brésilienne moderne à travers l’idée que les diverses influences artistiques occidentales notamment pouvaient être « consommées » par les indigènes, mais se transformaient à travers cette ingestion,donnant la culture brésilienne spécifique.
Telle est selon Fabiana de Barros le but de ce concours de beauté intérieure: offrir la beauté cachée ou la vertu des personnes désignées comme nourriture « spirituelle » au public.
Les médias locaux s’emparèrent du thème pour questionner notre rapport à la beauté intérieure en invitant de nombreuses personnalités à en donner leur définition.

Plus d’une quinzaine de personnes furent nominées par leurs proches. Durant la cérémonie publique du pic-nic anthropophage, chacun des dix candidats avait quelques minutes pour présenter à un Jury ses atouts et définir sa beauté intérieure.
Membres du jury: Etienne Dumont (journaliste), Sébastien Empeyta (formateur d’adultes), Laura Györik Costas (curatrice), Nicolas Wadimoff (réalisateur), Salika Wenger (styliste et politicienne).

 
Avec la participation artistique de Cyril Vandenbeusch.
Assistante: Florence Terki
Construction et technique: David Châtel
Régie son: Boris Meister
Captation son: Michel Favre
Reportage photo: Isabelle Meister

Liens:
http://www.terrassedutroc.ch/2008/evenements/semaine_3/pic_nic_antropophage.php